Gem-Forest | Julien Boemo
03 Nov, 2020
0 commentaire(s)
image1

Introduction

  • Tailler une gemme dans les règles de l'art est la capacité du lapidaire à faire ressortir le maximum du potentiel caché de la pierre. Une taille peu soignée ne rendra pas aussi bien qu'une taille exercée avec toute l'attention requise.
  • La taille se rapprochant de l'idéal regroupe plusieurs facteurs déterminants qui sont amenés à évoluer d'une gemme à une autre.
  • L'art de sublimer les gemmes dépend aussi de la qualité de la pierre de départ. Une pierre de qualité moyenne ne pourra pas se transformer en une pierre d'exception.
  • Dans le cas d'une retaille, il ne faut pas confondre une pierre de qualité médiocre et une mauvaise taille. A noter qu'un lapidaire expérimenté saura vous donner un avis sur le potentiel de votre gemme.

Plan de taille

  • Bien qu'il soit possible de réaliser une taille à l'improvisation, le lapidaire peut choisir de concevoir un plan de taille avant de se lancer dans son projet.
  • Le choix du diagramme aura un impact sur le rendu de la gemme. Notez également qu'un même diagramme taillé sur des gemmes de différentes variétés ne rendra pas de la même manière : l'indice de réfraction change, l'onde lumineuse ne se popagera pas de la même manière au travers de la gemme.
  • Dans bien des cas, le tailleur s'assure que les angles du diagramme ne vont pas créer une fenêtre (cf. schéma ci-dessous). Sans entrer dans des détails techniques, une fenêtre correspond à des rayons lumineux qui se "perdent" par l'arrière de la gemme sans revenir vers l'observateur.
  • En pratique, si une pierre comporte une fenêtre : il vous sera possible de lire au travers si vous la placez au dessus d'un journal en l'observant de face. Cela ne sera pas le cas dans une gemme sans fenêtre : RTI (réflexion totale interne) respectée.
  • Beaucoup de tailles dites "commerciales" comportent une fenêtre. Bien souvent, cela permet au lapidaire d'arrondir la culasse et de conserver de la masse au détriment des critères esthétiques.
  • Schéma explicatif du déplacement d'un rayon de lumière au travers d'une gemme :
  • plan de taille
  • Ce schéma est un résumé d'un premier pas vers une taille réussie. Il explique rapidement l'impact des angles sur la reflexion totale interne.
  • Cependant, je le trouve un peu reducteur car ce n'est pas si simple, il y a d'autres facteurs à prendre en considération. Pour n'en nommer que quelques uns : symétrie de la gemme, agencement des facettes les unes par rapport aux autres, qualité des points de rencontre, qualité du polissage, applanéité des facettes, etc.
  • Aparté technique : vous avez sans doute déjà vu de jolis quartz très profonds qui rendaient très bien une fois taillés. Le quartz ayant un indice de réfraction bas (notion de gemmologie), il en résulte un angle critique élevé. Pour pallier à cela et éviter une fenêtre, le lapidaire doit ajouter de l'angle aux culasse pour ne pas tomber en dessous de l'angle critique. A noter que certains plans de taille accentueront plus ou moins le phénomène que d'autres. Vous l'aurez compris, ce schéma est un raccourci qui omet beaucoup de paramètres et ne fonctionne pas dans tous les cas de figure selon ce que le lapidaire cherche à obtenir.

La couleur

  • En transition avec ce que je vous ai expliqué dans l'encadré précédent, je souhaitais également ajouter que le plan de taille a une influence sur le rendu de la couleur après taille. Un lapidaire d'expérience se penchera sur la question avant de passer à la réalisation du projet.
  • Notez tout de même que la couleur de départ donne une idée du rendu et non une certitude quant à la finalité du projet.
  • Les gemmes qui ont le plus de potentiel sont celles dont la couleur est ce que j'appelle ouverte (de l'anglais open color) : autrement dit, elles ne sont pas sombres. On entend parfois dire qu'il faudrait tailler une fenêtre pour éclaircir une gemme sombre. Si vous n'aimez pas les pierres sombres, je vous conseille plutôt de ne pas acheter ce type de gemme plutôt que d'espérer les améliorer.
  • Le placement de la couleur dans la future gemme taillée est un critère important. Certaines pierres ne sont pas homogènes et présentent des couleurs plus ou moins saturées dans le brut. Dans ce cas de figure et quand c'est possible, le lapidaire s'arrange pour placer la couleur la plus saturée au centre de la pierre au niveau de la pointe de culasse ou plus haut dans la gemme. De cette manière, cela donne l'illusion que la gemme vue de face est parfaitement homogène en couleur.
  • Exemples de répartition d'une couleur non homogène dans une pierre taillée :
  • plan de taille
  • Les pierres sont parfois dichroïques ou trichroïques (notion de gemmologie) : différentes couleurs selon la direction d'observation. Dans ce cas, le lapidaire posera la table de la gemme parallèle à la couleur la plus désirable. La forme de la culasse (allongée, en pointe, etc.) jouera également son rôle pour bloquer ou laisser passer la couleur sous-jacente. Les tourmalines sont un parfait exemple de dichroïsme. Elles peuvent par exemple être vertes dans l'axe de croissance et jaunes perpendiculairement à ce dernier ou inversement.
  • Je souhaitais évoquer ici un cas spécifique dont un axe de la gemme est sombre et pas l'autre. Vous avez sans doute déjà vu une verdelite ou une indigolite de forme rectangle à pans coupés avec les pans de culasse presque parallèles au feulletis. Souvent vous remarquerez que l'axe de croissance est assez sombre et le lapidaire n'a pas eu d'autre choix que de la tailler ainsi. Dans le cas contraire, la gemme aurait été très sombre.
  • Schéma explicatif culasse très allongée pour bloquer la couleur indésirable de l'axe c :
  • plan de taille
  • Il existe également le cas des gemmes bicolores. Le lapidaire préfèrera une culasse légèrement allongée pour séparer les couleurs. Une culasse finissant en pointe aurait tendance à mélanger les couleurs. Il m'est arrivé de tailler quelques amétrines en mélangeant les couleurs et le résultat peut être tout aussi grandiose.

Les inclusions

  • Les inclusions peuvent parfois être dissimulées avec une belle taille ou à l'inverse elles peuvent entraver la brillance si elles sont trop nombreuses. La plupart des lapidaires aiment travailler des gemmes relativement "propres" pour la taille à facettes.
  • En effet, il peut parfois arriver qu'une inclusion s'étende pendant le processus de taille du fait de tensions internes qui se libèrent lors de la pose de la gemme sur les meules. Bien souvent il s'agit d'une amorce de fracture ou de clivage.
  • Concernant les clivages et l'art de la taille, je vous renvoie vers un autre article traitant de ce sujet -> Plan de clivage et taille : comment procéder ?
  • Dans le cas d'une pierre très incluse, cela ajoute un caractère aléatoire quant au résultat après taille : les inclusions dévient les rayons de lumières dans des directions non anticipées. Une belle taille prend du temps, autant mettre toutes les chances de son côté en sélectionnant ses matières au mieux.
  • Cependant, toutes les pierres ne sont pas dénuées d'inclusions. Il serait dommage de ne pas tailler certains bruts sous prétexte qu'ils présentent quelques petites inclusions. Il est par exemple possible de placer une inclusion le long du feuilletis pour qu'elle n'entrave pas la brillance de la gemme ou perpendiculairement à l'axe de la table. Dans les deux cas, elles passeront presque inaperçues et la pierre sera tout de même résplendissante avec un potentiel pour le bijou.

Conclusion

  • Comme vous l'aurez compris, les cas de figures sont nombreux et les solutions à y apporter sont multiples. Créer une taille originale pour une gemme est un art guidé par les choix du lapidaire. Cependant, il doit avant tout s'adapter à la matière qu'il a entre les mains. Chaque pierre est différente et présente ses propres challenges. Un lapidaire d'expérience regarde, réfléchit et crée ensuite.
  • Cet article couvre une toute petite partie de l'art de la taille, il y aurait beaucoup à ajouter pour le compléter.
  • L'objectif était d'expliquer dans les grandes lignes, de manière pédagogique et accessible à tous et toutes, une partie des facteurs qui jouent dans la réussite d'une belle taille.
  • Vous comprenez donc que le lapidaire exerce un métier dans lequel il crée à sa guise. Comme dans toutes formes d'art, il peut générer des incompréhensions et/ou des questions mais aussi apporter la joie autour de lui avec les pierres qu'il sème le long de son chemin.
  • Merci pour votre aimable attention à l'égard de cet article, j'ai pris beaucoup de plaisir à le rédiger.
  • Julien Boemo | Gem-Forest © 2020

Nous contacter

Téléphone : +33 (0)6 52 78 48 79
E-mail : Mon e-mail
Site web : www.gem-forest.com

France

Gem-Forest

Gem-Forest est le fruit d'un artisan passionné par la beauté des pierres précieuses/fines et par leur mise en valeur. L'artisan lapidaire et gemmologue Julien Boemo (FGA) parcourt le monde pour trouver de belles gemmes à tailler. Proposer des tailles précision de haute qualité est un des piliers de base de notre société.

Recevez notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour obtenir les dernières nouvelles et autres informations.

E-mail :